À la seule évocation de ton nom je pense “je l’aime tellement”.

Depuis tout ce temps, j’imaginais que j’allais oublier une seconde, un jour, une semaine, une année, puis l’autre, jusqu’à te perdre inexorablement dans la brume de mes pensées.

Fadaise !

Cette petite entaille au plus profond de moi, cette griffe brûlante qui ne s’éteint pas, les moindres détails vus, entendus, reçus, vécus, se sont installés confortablement comme dans leur salon, une maison qui leur appartient, ils sont toujours et encore là.

Heureux sont ceux qui n’éprouvent aucun sentiment… ils laissent passer allègrement les souvenirs sans les retenir, simples anecdotes sans importance, éclats de rire parmi tant d’autres, éclats d’amour au milieu d’autres.

Tu étais,
tu seras,
tu es,
mon éclat d’amour en plein cœur.

 1© Texte    Nathalie K
12 février 2019 ~ 16:10

 1

2