lundi 9 avril 2012

La rumba Parigote...

 b5swlopw Il y avait longtemps que Lucie n’avait fait paraître son minois.

Pour qui ?
 Pourquoi ?

Elle savait que tant de gens étaient en attente de ce qu’elle pourrait dire ou faire. Elle pensait à Paul, il la connaissait par cœur. D’un regard il devinait son état d’esprit.

- Bouge toi ! Réagis ! Tu ne te rends pas compte que tu t’enfermes chaque jour un peu plus ! Bon sang, je t’ai connu combative, créative, rebelle, prête à démolir des montagnes !

- Je sais Paul. La vie s’est chargée de me casser en mille morceaux. Toi, tu es pris par le tourbillon de tes amis, tes relations, ton boulot, ta ville. Moi, je n’ai plus rien, même plus mon chien !

- Combien de fois faut-il que je te répète de rejoindre la capitale ? Je suis là, seul comme un con, pendant que tu moisis dans ton bouiboui !

- Trop enracinée à ma terre Paul…

- Pas de soucis, je descends avec mon Caterpillard ! Allez la belle, je ne te demande rien, juste de te ressaisir. Retrouve ton sourire et ta joie de vivre, la suite, c’est toi qui l’écriras. Il faut que je parte, réfléchi à ma proposition, elle est très sérieuse.

- Tu es un amour, mais…

La communication  fut interrompue.

Se remettre en question, bouger, changer, partir, loin, très loin… j’avais tourné et retourné des milliers de fois ces images dans ma tête. En rêve, en cauchemars, endormie, éveillée.

Pierre m’avait laissé seule. Du jour au lendemain plus de travail, j’étais tombée dans la précarité sans avoir eu le temps de respirer.

- Où étais-tu toi que j’aimais ?

J’imaginais que tôt ou tard je m’en sortirai… foutaises ! Tel un soldat dans une guerre qui ne finit pas, qu’il ne comprend pas, enfermée dans une prison à ciel ouvert, je restais prostrée, en léthargie. Recroquevillée de jour comme de nuit.

Le brasier qui flambait, étincelait, vibrait, avant, se réduisait peu à peu à une flamme fragile, prête à s’éteindre, maintenant.

Comment sortir de ce carcan ?

b5swlopw

Paul était mon contraire, mon inverse. Son côté force me fascinait. Il n’avait pas eu une enfance facile. Perdre sa mère alors qu’il n’avait pas cinq ans l’avait rendu combatif, invincible. Il prenait des colères noires quand je lui lançais en souriant qu’il était « le cavalier immortel » Autant de fois Paul était tombé, toujours il se relevait ! Plus fort, plus vaillant.

- Ne me fais pas passer pour plus fort que je ne suis ! Te souviens-tu de ta promesse à tenir la tête haute et fière quoi qu’il arrive ? La mort n’a pas voulu de toi, alors maintenant : Vis !

La grande faucheuse n’avait pas voulu emporter la petite jeunette de vingt ans anorexique, elle ne pouvait s’empêcher de venir la narguer de loin en loin.

b5swlopw

Lucie en était là de ses réflexions moroses, lorsque le bip de son mobile la fit sursauter…

- Oui !

- Lucie ?

- Paul !

- J’ai réfléchi, tu ne peux absolument pas continuer sur ce tempo ! Je viens ce week-end.

- Et ?

- Et tu fais tes bagages ! Ne me fait pas le coup de « ta » terre, je vais te faire goûter le bitume, les flonflons et les paillettes, les lumières, l’agitation de la rumba parigote. Tu verras, cette danse t’ira comme un gant ma cocotte !

Tour_eiffel_at_sunrise_from_the_trocadero

© Photo sur site


- Ai-je mon mot à dire ?

- Non !

Je raccrochai. En mon for intérieur je savais que Paul avait raison. Après moi le déluge ! Comme le répétait si souvent « ma petite voix » :

- Demain est un autre jour, qui vivra verra…

 

b5swlopw © Texte Petit Roseau - Nathalie K


Posté par petitroseau à 11:34 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


samedi 7 avril 2012

Par quelques ricochets...

Un retour sur mon adolescence par quelques ricochets, même si c'est une version plus rythmée de « Forever young » que j'ai en tête.

D'un film, « Pour lui »,  vers un réalisateur, jusqu'à un acteur, à nouveau un réalisateur, Jean-Luc Godard (1965) me voilà avec Alphaville et des milliers de souvenirs, j'aime ça...

 

vendredi 6 avril 2012

Ne me demandez pas pourquoi...

C'est comme ça !

Telle une ombre à travers un voile,

(c) Nathalie K

 Une petite « Piaf » est venue me chantonner un air qui ne me quitte plus.

Pourtant,

Je ne suis pas amoureuse,

Je ne suis pas triste,

Je ne suis pas nostalgique

Pourtant Edith,

 « Mon dieu » que tu m'émeus !

2520cielnovembre2011_

  Un jour, deux jours, toujours...

Petit Roseau - Nathalie K
© Texte & Photos

mercredi 28 mars 2012

Le labyrinthe des « cygnes »…

Je pourrais te dire
que tout va très bien,

que je suis tout droit,
mon « serein » chemin,

ma parole alors,
n’porterai pas loin…

2424cygnesolitairededos

Je pourrais te dire,
rejoins la verdure,

ce s’rait faire l’autruche,
être « cygn’mature »…

2426cygnesolitairedprofildroit

 

J’ai tenté par là,
il y avait un « bras »…

Le « bras » s’est fermé,
j’suis resté bloqué,
sans ma liberté,
je suis oppressé…

(c)Nathalie K_Le Puy Sainte Réparade_Lac des cygnes (13)

Je regardais au loin…

Suivre leur chemin ?

2417troiscygnesalasuite

Le soleil brillait,
je m’suis éloigné,
toujours la question,
sur mon horizon…

2412cygnesoleilcontrejour

Porté par le sillage,
je suivais les nuages.

En file, nous étions,
en « semble », nous espérions…

nuagescotonmouton2402

Lune ou Soleil ?
Noir ou blanc ?
Gris clair ou gris foncé ?
Ombre ou lumière ?

soleilcouvert2398

Soleil timide,
ombre imposante…

soleilsurarbre2399

Contour, profil,
chapeau, visage…

profilsolaire2401

 Ainsi va la danse,
au sein du Labyrinthe des « Cygnes »…

Petit Roseau - Nathalie K
© Texte & Photos

dimanche 25 mars 2012

Il vaut mieux en rire

Comme le souligne mon titre, « il vaut mieux en rire »…

Je viens de découvrir ce sketch formidable dont Anne Roumanoff à le secret. Il colle tellement à la réalité ! Si ce n'était pas que la dame en rouge est humoriste, je lui dirai : ça sent le vécu !

Et encore... Anne a zappé  de nombreux points et virgules complémentaires...

Aussi, je ne résiste pas à le déposer ici : La délocalisation


dimanche 18 mars 2012

Un Printemps Arc-en-ciel…

  Il y a quelques jours à peine, je me posais encore cette question :

- Printemps, es-tu là ?

Une invitation à profiter de rayons chaleureux,
me permit de me lover dans cette quiétude imprévue.

Comment résister à cette première composition florale ?

Une toile négligemment placée,
une corbeille de pensées,
un panier d’osier,
quelques fleurs disséminées…

(c) Nathalie K_

Chemin faisant,
je m’installais au ras du sol.
Les renoncules aux jupes « froufroutantes »
pavoisaient en me faisant de l’œil…

2720fleursrenoncules13mars2012

Un halo jaune vif attira mon regard
à la vitesse d’un éclair dans le gris du ciel !

- Petites jonquilles,
comme vous êtes jolies

2722jonquilles13mars2012

Quelques « cousines » rose, violette,
ne déparaient pas avec le paysage.
Toutes s’étaient donné le mot pour sortir leurs plus beaux atours.

2724alleepierrefleurie13mars2012

Celles-ci, voulaient absolument se démarquer !

Un peu plus de rose,
un peu plus de violine.
Je les aurais bien nommée :
Roseline’s…

2723ficoïdes13mars2012

A quelques pas,
un feu d’artifice m’attendait,
sur un plateau,
oups,  une coupe en pierre,
il rayonnait…

2725jarretcompofleurs13mars2012

Je me penchais,
observais
admirais,
contemplais,
m’extasiais…

2726jarredefleurs13mars2012

« Pomponettes » rosées,
comme vous me plaisez…

2728fleursroses13mars2012

Et moi ?
murmura Damoiselle au cœur tendre…

2755mulerose13mars2012

Et moi ?
chantonna « Blanche » étincelante…

2751muleblanche13mars2012

Au loin, une colonie de pensées battait le rappel :

- Nathalie ne nous oublie pas !

2756pensées13mars2012

C’était sans compter la belle «  Sévillane »
et son tempérament tout feu, tout flamme…

2753mule13mars2012

Quelques pensées aux pétales plus sombres
éclairèrent leur cœur sur mon passage.

- Nathalie, nous sommes
plus discrètes,
plus secrètes,
mais,
nous ne t’oublions pas…

2758penseeslumiere13mars2012

A présent,
mon regard levé vers le ciel,

2737bourgeonsarbre13mars2012

 me fit augurer
un printemps arc-en-ciel…

Ω Ω

 

Petit Roseau - Nathalie K
© Texte & Photos
 

 

 

 

 

 

samedi 10 mars 2012

Les chansons bleues...

Parce que ce soir j'ai envie de l'écouter, parce que c'est Stephan, parce que c'est « la chanson bleue » et surtout parce que c'est moi si souvent ...

(...)

 

(...)

 

stephan eicher prnk

© Photo Daniel Infanger ici

En bis répétita de mon article de juillet 2009... ICI , car « Rien n’est si bon » de revenir parmi les souvenirs que j’aime…

J'ai pris ce 12 novembre 2004 un Taxi Europa en compagnie de Stephan Eicher, je suis toujours là et je n'oublie pas...

Le temps passe, 'Rivière, s'est envolée...
 

Vous en voulez plus, rendez-vous ICI 

hum...encore quelques « confettis » pour la route... 

 

samedi 3 mars 2012

Je suis entrée dans l'église...

« il y avait une personne, et le regard plein de vie du plâtre des statues… »

Quelques mots d’une chanson de Francis Cabrel revisitée à ma façon. Je m’étais arrêtée « il y a quelques jours quelques nuits » devant l’entrée de mon église, et je n’avais pas conté qui j’avais croisé.

Après avoir grimpé les marches une à une…

2553entreeglisevertigenovemb2011

Je suis entrée, non pas dans l’église,
mais dans cet espace fermé aux portes acajou,
qui préparent le visiteur à la méditation, au silence…

J’étais attendue,
Donc, très impatiente de découvrir
« la présence dans le silence ».

2556affichentreemontagepersoeglisenovemb2011

Le maître des lieux,
Saint André,
était occupé à regarder le ciel.
Nul doute qu’il était en grande conversation,
avec le « Grand patron »

2579saintandrenovembre2011

Je n’osais le déranger,
et tournais mon regard pour avoir une vue d’ensemble.
Timide, j’avançais en diagonale,
l’allée centrale trop impressionnante.

2562interieurentreeglise

J’essayais tant bien que mal de faire connaissance avec la dame à moins que, ce ne soit un monsieur. Un petit air de Jeanne d’Arc sans armure, je n’insistais pas, et poursuivais ma visite…

2558dameinconnujolie

- Bonjour Monsieur, bonjour petitou !
J’ai tenté en vain de faire connaissance avec votre voisine, elle n’a pas daigné me regarder.

- Il fallait regarder la petite note en dessous. Nous n’avons pas l’habitude de causer directement avec les visiteurs, encore moins décliner nos identités. Je ferais une exception pour vous demoiselle…

Je suis Joseph et voici Jésus.

- Infiniment flattée de votre sollicitude à comprendre mon ignorance et ma curiosité. Je vais de ce pas rejoindre quelqu’un qui m’interpelle

2559saintjosephnovemb2011

- Bonjour Nathalie !
Je suis Saint Jacques, de Compostelle…

Regarde un peu ce que je me suis fais ! J’ai demandé que l’on me soigne, on m’a dit d’attendre ici. Depuis, dans ce recoin je suis…

- Hooo… bonjour Saint Jacques ! Je vous ai immédiatement reconnu par les coquillages qui ornent vos vêtements… je ne savais pas que vous aviez un chien ? Il a l’air tellement gentil !

Les serviteurs du « grand patron » sont dans l’arrière-cour, ils ont dû vous oublier, je tacherais d’en parler. Il est bien dommage que vous ne soyez pas soigné et mis plus en valeur comme vos confrères !

Tout vient à qui sait attendre…

2561saintjacquesdecompostellenovembre2011

- Bonjour Madame !
Vous m’avez l’air tristounette et pensive…

- Bonjour Nathalie !
Je suis nostalgique en effet. Il fut un temps où nos églises étaient plus animées. Je suis Sainte Anne, la sœur de Marie.

- Il ne faut pas être triste Anne, il y a encore des festivités de temps en temps, parfois des accompagnements pour ceux qui passent de l’autre côté du ciel. Savez-vous qu’il y a bientôt quarante deux ans j’ai été baptisé ici ?

- Je m’en souviens, je m’en souviens… un petit chat « espeillé » disait ta maman toute fière de son enfant. Tu as bien grandi !

Reviens plus souvent ! Tu sais que cela nous fait plaisir à tous…

2565sainteanne

J’avançais toujours, et de loin,
je vis une dame bien pensive…

2570saintetheresevuedensemble

- Bonjour Sainte Thérèse !
Anne m’a parlé de sa nostalgie de la belle époque,
celle où l’église recevait régulièrement.

- Bonjour Nathalie !
J’y pense souvent avec mélancolie…

2567saintetherese

- Vois-tu, nous avons choisi de suivre « le grand patron ». Certes, ce n’est pas tous les jours faciles, mais son amour pour nous est si grand… impossible de descendre de notre piédestal ! Dès que j’ai un petit coup de blues, il est là et me redonne une force phénoménale !

- Et bien, il faudra que je vienne plus souvent « le » rencontrer !

- Je t’attendrai…

2568zoomsaintetherese

Je continuais mes tours et mes contours à travers les coursives des habitants des lieux, jusqu’à ce qu’un rayon de soleil attire mon œil vers un porche que je connaissais bien.

Celui des mariés...

2575bancsmarie

- Bonjour Marie !
Vous avez un bien bel espace pour recevoir des visites et les fleurs des « novies »…

- Bonjour Nathalie !
Il y en a de moins en moins des « novies »

Les amoureux préfèrent présenter leur alliance vers l’office républicain, délaissant celui plus céleste de mon fils. Mais bon, nous avons la primeur de leur dernier jour sur terre, leur renaissance dans l’autre monde…

2573viergemariemariage

- Mais ! Je rêve où vous m’avez fait un clin d’œil !

- Qui ? Moi ?
Je suis une sainte…

2574zoomviergemarie

- Coucou Nathalie, c’est encore moi Marie !

- Bien ça alors ! Je ne vous connaissais pas…
il y a combien de Sainte Marie dans cette église ?

- Je suis toujours la même…
Tu as raison, je t’ai fait un clin d’œil tout à l’heure, mais chut ! Il ne faut pas le dire ! Nous avons pour consigne de rester « de marbre » ! Si nous racontions que nous nous interpellons et bavardons toute la journée, cela ferait mauvaise impression...

2585mariesocleautel

Là je suis avec mon fiston, il passe de bras en bras. Par quatre fois j’ai voulu lui parler, il m’a répondu qu’il était en connexion avec « le Grand Patron », son père, et le saint esprit…

2584marieautel

Les chaises alignées me tendaient les bras,
j’avais bien envie de me poser sur l’une d’elles…

2582alignementchaisepresautel

C’est en m’approchant de plus près, que je compris qu’elles n’étaient pas comme les autres… mémé Irène en avait une, exactement la même dans sa chambre, toute rouge !

Etrange, vous avez dit étrange,
comme c’est étrange…
Le tissu avait l’air de dater de Mathusalem,
la croix m’interdisait implicitement de m’asseoir.

La chaise rouge me tentait bien,
mais bon…

2572priedieu

 Mais quel était ce tableau si grand, perché la haut ?
Il y avait une grande fête…
Serait-ce les festivités dont parlaient Anne et Thérèse ?

2587toilesouslavoute

Juste en dessous, l’autel, avec un grand livre.
J’aimais bien les couleurs de la couverture de l'ouvrage de paroles sages,
j’avais envie de tourner les pages,
mais….

2583facealautel

les sigles sur le carrelage m’attirèrent encore plus.
Que signifiait JHS ?

2581croixdevantautel

Je retrouvais une fois encore Sainte Marie avec son bébilou.
C’était rigolo, il y avait plein de bébés avec des ailes…

Un monsieur me montrait une dame agenouillée ?

- Bonjour Monsieur…
je ne peux la reconnaître,
elle me tourne le dos !

2576toileaudessusautel

Juste en dessous le tableau,
la porte qui allait me ramener vers le monde des « Terriens humains »…

2589autelfaceaentreeglise

Au travers des vitraux la lumière du Soleil me faisait des appels…

2588voutevitraux

les couleurs étaient des arcs-en-ciel…

2578zoomvitrail

 Avant de franchir la petite porte de côté pour rejoindre l’agitation de la vie, je lus ces quelques mots…

(c) Nathalie K_

Je continuais ma prière « à ma façon »,
en parlant « intérieurement » avec ceux que j’aime.
Eux, connaissent depuis longtemps l’envers du décor,
 l’autre côté du ciel…

A bientôt !

Petit Roseau - Nathalie K
© Texte & Photos

syg

dimanche 26 février 2012

Musique vous avez dit musique ?

Ce n’est pas souvent que je fais un coup de projecteur télévisuel, aujourd’hui sera l’exception.

Pour la petite anecdote, depuis de nombreuses semaines, je constate qu’aucun programme ne me plaît vraiment le samedi soir lorsque je suis à la maison, sauf hier soir.

J’étais partie pour du zapping avant lecture, et là, arrêt sur image, ou plutôt, sur voix !

Je suis scotchée.

Une brochette d’artistes, Florent Pagny, Louis Bertignac, Jenifer, Garou, de dos, dans un grand fauteuil, prêt à buzzer. Au même moment, une artiste inconnue, au talent incontestable et même phénoménal, a bien failli me faire tomber de mon lit.

the voices buzz

J’ai alors mieux calé mon casque, monté les watts, et j’ai passé une formidable, extraordinaire, superbe soirée !

Je vous propose de découvrir à votre tour le concept :

Clic ici pour voir la vidéo
 
Vivement samedi prochain !

The voices

Posté par petitroseau à 13:04 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

lundi 20 février 2012

Février, sous le signe du pin...

Faire face à son ombre, est un jeu improvisé qui m’a bien plu. Petit doigt en l’air, main ressemblant à « capitaine crochet », plutôt marrant de s’installer dans les nervures du bois !

2690monombresurtablefevrier2012

Mais revenons à cette balade sous le soleil de février. Certes, les lieux ne bougent pas de place, seule la lumière change.

Ces dernières années, les arcades romaines partaient en décrépitude. Depuis peu, elles se sont vues parées d’une corolle en bois et quelques pansements de fer. Un soutien en apparence bien fragile, pourtant, il aurait été dommage qu’elles disparaissent totalement.

2670lesarcadesrafistoleesfevrier2012

Il fut un temps, l’eau passait par leur intermédiaire…

L'aqueduc alimentait Aix en Provence en eaux. Il était long de 40 km. La conduite était supportée par des ponts sur murs pleins et des arches pour la traversée des vallons.

2672arcaderomaineseulefevrier2012

Chemin faisant et comme à l’habitude, une minette semblait m’attendre tout en se dorant au soleil.  Prudente, féline féerique, elle restait à l’abri des buissons… ne perdant pas une miette du passage des promeneuses bavardes.

2677chatcachefevrier2012

Ne vous y trompez pas,
le soleil n’avait pas loupé son « train » du jour,
la lune dormait encore !

C’est en levant le regard,
impressionnée par cet arbre,
que le ciel s’est mis à changer de teinte.

Le mystère rôde…

2680arbresoleilcontrejourfevrier2012

Quelques pas plus loin,
la lumière revenue,
c’est l’automne qui voulut me faire une farce.

Mélangeant ses branches à celles printanières,
je ne savais plus si nous étions :

le jour,
la nuit,
l’automne,
l’hiver,
ou le printemps…

2686brancheautomnetvertprintempsfev2012

 Les touches « blanc neige » me ramenèrent rapidement en hiver…

2687arbresneigefevrier2012

 Le contraste terre ensoleillée,
terre enneigée,
vert des arbustes,
il y avait de quoi perdre son latin,
oups,
son thym,
à moins que,
son romarin…

 2689neigemurpierresoleilfevrier2012

 Après quelques tours et contours en grimpette,
la respiration plus courte,
je retrouvais le bleu du ciel,
la roche,
les pins…

2694lapausearbrecielfevrier2012

Encore les pins,
les dents rocheuses,
mais surtout…

2697cielpignesdepinsfevrier2012

De quoi poser mon compagnon de route,
le sac à dos tout terrain,
et mon popotin !

2703sacadoslunettefevrier2012

 Qu’il est agréable de pouvoir s’allonger,
en regardant la vie sous un autre angle,
le soleil dans l’œil...

2704cielvudesiestefevrier2012

Les pins toujours,
entre terre et ciel…

2705pincielvudesiestefevrier2012

sans dessus-dessous...

2706pinvudesiestefevrier2012

En panache,
tel un paon faisant la roue…

2707cielpinsiestefevrier2012

Je crois bien que j’allais m’endormir…

2708cielfloufevrier2012

Difficile de revenir à la réalité,
quoique…

2710nathaliesiestebancfevrier2012

Une « abeille » à moteur fit un ronron plus important que celui de la guêpe qui m’avait éveillée…

2711avionfevrier2012

 L’écureuil fut plus rapide que moi,

(c) Nathalie K_ mes collines adorées_chez moâ

Je pris alors le chemin du retour,
avec pour souvenir « mon » ciel bleu,
celui des pins,
encore des pins,
toujours des pins,
qu’est-ce que c’était bien !

Petit Roseau - Nathalie K
© Texte & Photos

 Ω Ω